Enfin la vérité sur l’intelligence !

Dimanche 1er avril, 10h50. Dans le métro parisien, ligne 13,  entre la station Gaité et Montparnasse, deux garçons de 13 ou 14 ans sont assis face à moi. Un blond et un brun, ils sont beaux. Ils ont le nez sur un Smartphone, en mission pour écrabouiller de petites bestioles multicolores.

Le blond dit au brun en faisant gracieusement disparaître les pauvres créatures de l’écran, bel ange exterminateur multitâches des mondes virtuels : « L’autre jour, dans le métro, une fille super mignonne s’assied juste en face de moi. J’fais semblant de composer un sms avec mon iPhone. »

« Et alors ? » fait le brun qui, tout en tournant sa tête d’un geste vif pour remettre sa mèche en place lui prends le mobile des mains et continue la partie.

« En fait, dit le blond, j’voulais prendre cette fille en photo. » Il se tait et rajoute : « J’avais oublié de retirer le flash… » Ils sont vraiment beaux.

Mais pourquoi n’a-t-on pas des statistiques fiables sur l’intelligence des hommes beaux ou laids. Ces derniers auraient, parait-il, plus de chance d’être intelligents que les autres. Pareto aurait-il encore raison, même à propos de l’intelligence.

Juste un mot sur le trending topics de Twitter. Pour ceux qui ne savent pas ce que c’est, le trending topics c’est le baromètre de popularité des sujets qui circulent sur ce réseau. Pourquoi je vous parle de ça ?

Saviez-vous que Daniel Guichard a été classé dans le top 10 de ce trending topics durant le mois de Mars sur Twitter ! Comment faire du neuf avec Mon Vieux ?

Pour fêter le 1er Avril, mon bonus : un proverbe chinois. Qui voit le ciel dans l’eau voit les poissons dans les arbres. C’est beau hein ?

Publicités

Mes 11 résolutions pour cette nouvelle année !

Il n’est aucune autre chose qui aille plus vite que les années disait Léonard de Vinci. Sauf peut-être aujourd’hui la rapidité avec laquelle Google occupe les espaces virtuels de nos vies, et dans son ensemble, les créatives évolutions du web. Rester en veille, à l’écoute, avec intérêt et professionnalisme, c’est devenu indispensable. Pour ne pas vieillir ?

Il parait qu’on ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années. On devient vieux parce qu’on a déserté son idéal. Les années riderait la peau et renoncer à son idéal riderait l’âme. Postuler chez L’Oréal et proposer une crème cosmétique pour y remédier? Bonne chance ! En attendant, moi, je voulais vous dérider…

Quelques 11 bonnes résolutions que je voudrais échanger avec vous, pour continuer à sourire, ou mieux, à en rire de nouveau avec moi, si par amabilité vous m’eussiez déjà prêté cette faveur l’année dernière : Lollons donc morbleu !

1. Suivre le sens caché de ce conseil avisé : Pour avoir du succès, soyez bronzé, vivez dans un immeuble chic (même si vous êtes dans la cave), faites-vous voir dans les restaurants élégants (même si vous ne prenez qu’une boisson) et, si vous empruntez, empruntez beaucoup. Etonnant d’actualité et d’ironie. cheap hotels C’est du philosophe Aristote Socrate Onassis. Oui, ce sont ses vrais prénoms. Voir la page d’Ari sur Facebook et devenir son ami ?

2. Je ne prendrai pas de calendrier cette année, car j’ai été très mécontent de celui de l’année dernière! Celle-là, c’est de l’inimitable Alphonse Allais, meilleur que du prozac si vous aviez l’intention d’affronter chimiquement la morosité ambiante. Car d’après un sondage BVA de ce début d’année, il se dit que les français ont le moral au plus bas, nous serions plus pessimistes que des afghans… Le lévrier afghan serait-il plus optimiste que le coq français? Que cela ne vous empêche pas d’aller voir la page Facebook d’Alphonse et devenir son ami ?

3. Pour ma part, de nouveau cette année, j’ai décidé d’être heureux parce que c’est bon pour la santé. Je suis les conseils de François-Marie Arouet, alias Voltaire, qui est l’auteur de cette lumineuse et intelligente recommandation. Voir la page Facebook de Voltaire et devenir son ami ?

4. Penser que cette année je suis parfait. Alors que l’an dernier, c’est vrai, j’étais encore un peu prétentieux. Comme je suis parfait, je vous dis donc cette année, que c’est Frédéric Dard qui m’a fait cette très fine observation. Voir la page Facebook de Frédéric et devenir son ami ?

5. Dire plus souvent du bien de moi. Ça fait du bien de dire du bien de soi. C’est bon pour le moral et la réputation. C’est pour cette raison que je ne porterai pas de queue de pie en 2011. D’après Groucho Marx, elle nous fait une réputation de drôle d’oiseau. Voir la page Facebook de Groucho et devenir son ami ?

6. Janvier est le mois où l’on offre ses meilleurs vœux à ses amis. Les autres mois sont ceux où ils ne se réaliseront pas. C’est bien d’être prévenu par Georg Lichtenberg. Voir la page Facebook de Georg-Christoph et devenir son ami ?

7. Cette année, j’arrête de vieillir. Voir la page Facebook de Peter Pan et devenir son ami ?

8. Je continuerai à prendre plaisir à relire au moins une fois cette année ce bon vieil Oscar, Oscar Wilde, et son portrait de Dorian Gray : « De bonnes résolutions sont des tentatives inutiles de se heurter aux lois scientifiques. Leur origine est la vanité pure. Leur résultat est absolument nul ». Bon et alors ? Voir la page Facebook d’Oscar et devenir son ami ?

9. Fumer de nouveau un cigare à chaque occasion de se réjouir. Parce que comme le dit si bien Zino Davidoff, il y a dans les gestes lents, dignes, mesurés du fumeur de cigare une cérémonie qui permet de retrouver des rythmes oubliés et de rétablir une communication avec soi-même. Voir la page Facebook de Zino et devenir son ami ?

10. Le jour de mon anniversaire, j’adresserai un message de félicitations à ma mère. Désolé, pour protéger sa e-reputation, je ne donne pas de lien vers sa page Facebook.

11. Enfin, me souvenir tout au long de cette nouvelle année, que l’éléphant ne peut courir et se gratter les fesses en même temps. Et aller au Zimbabwe, là où les proverbes ont cette apparente simplicité, cette innocente insouciance, cette légèreté dispensée gratuitement et à volonté. Sérieux concurrents pour l’industrie de la pharmacopée du bonheur. dynamic domain name system Voir la page facebook de l’éléphant et, même si on se trompe, devenir son ami ?

Pour finir, durant cette année, je continuerai assidument à utiliser les immenses ressources du Web pour perdre mon temps avec efficacité. Comme se faire de nouveaux amis sur Facebook. Et on ne se fait plus seulement des amis sur Facebook. Intéressez-vous à BranchOut : Une application qui fait de Facebook l’équivalent de LinkedIn. Même si Jean La Fontaine n’est pas vraiment fan : « Chacun se dit ami : mais fou qui s’y repose. Rien n’est plus commun que le nom, Rien n’est plus rare que la chose ». Voir la page Facebook de Jean et devenir quand même son ami ?

Bonne année !

Vincent Guillocher
http://www.vincentguillocher.com

NTIC et 11 septembre 2001 ?

11 septembre 2001. C’était il y a presque dix ans. Je sais, cet anniversaire est l’objet de tous les commentaires, repris par tous les médias, surtout par ceux qui appartiennent au monde dit occidental. Je sais aussi la polémique qui entoure cette date et le doute qui subsiste quant à la version retenue pour l’Histoire avec un grand H. Mais aussi l’instrumentalisation faite par les radicaux, que ce soit aux Etats Unis ou dans les états religieux fondamentalistes. Et je pense aussi aux hommes et aux femmes qui ont péris au cours de ce tragique évènement. C’est dit. C’est ma culture, disons l’éducation culturelle humaniste qui m’a été donnée et l’empathie en principe naturelle que nous ressentons tous lors de ces catastrophes à l’impact affectif planétaire.

En réalité, c’est autre chose qui m’incite à écrire ce billet.

11 septembre 2010. Je suis étonné par la vitesse à laquelle le temps est passé depuis cet évènement, et surtout ce qui me ramène à un flash-back. Sur l’endroit où j’étais, comment je l’ai appris et l’intense émotion qui a saisi le monde et les médias. Comme vous surement.

Mais ce qui m’étonne et pour être franc, ce qui me fascine le plus, c’est ce qui s’est passé durant ces presque dix années. C’est de constater les évolutions, les changements dans le monde, les bouleversements des équilibres, l’émergence de continents et de pays, la bascule de valeurs, la chute ou l’érosion continuelle de systèmes antédiluviens, la transformation et la convergence de la culture ou des cultures. En deux mots : l’accélération du changement.

De ce point de vue, le 11 septembre 2001 a une valeur de repère extraordinaire. C’est sans doute l’évènement fondateur du 21e siècle, résumant à lui seul les enjeux à venir. Le terrorisme, évidemment, mais aussi l’impact de la mondialisation des échanges, de la communication, de la globalisation et des convergences.

A-t-on eu l’impression que ces 9 dernières années ont été marqué par le terrorisme ?

Je présume que comme moi, vous pensez plutôt que l’impact des nouvelles technologies est le fait majeur de cette séquence. La vitesse de l’apparition des NTIC et leur explosion dans la vie quotidienne est un fait. Ou en était Google, Facebook, Twitter, la téléphonie mobile, les services numériques durant cette décennie ?

Etes-vous de ceux qui voient la bouteille à moitié vide ou à moitié pleine ?

OGM et risques d’emballement de la science, crise financière, changement climatique et catastrophes naturelles, dangers de pandémie, vieillissement ou accroissement de la population mondiale, crise morale occidentale, raréfaction des ressources, et dans cette liste anxiogène, évidemment, les nouvelles technologies font elles aussi partie des anges de l’Apocalypse à venir.

Juste un exemple pour éclairer ce débat du pour ou contre les NTIC. La nouvelle publication d’un livre intéressant sur l’analyse des médias sociaux avance que le « Le Web ne désocialise pas plus qu’il n’hypersocialise ».  Il démonte trois mythes de l’internet : le réel et le virtuel ne sont pas distincts, mais imbriqués ; les traces corporelles sont un moyen d’exprimer et réaliser son autonomie, ses stratégies ; les TIC ne sont pas désocialisantes mais reconfigurent notre manière d’être en société. L’occasion de discuter avec lui du rôle et de la place respective de nos sociabilités numériques et réelles, pour mieux comprendre justement la manière dont elles s’articulent, s’imbriquent et font société (source le Monde.fr).

 

Dans Les liaisons numériques (éditions du seuil) , Antonio Casilli, sociologue, chercheur au Centre Edgar-Morin de l’EHESS de Paris, s’est intéressé aux interactions en ligne pour s’interroger sur la naissance d’une « société en réseau ». Pour lui, Internet ne favorise pas la naissance d’une nouvelle sociabilité, mais la reconfiguration de rapports préexistants d’amitié, de parenté, de dépendance sociale. Il fait le constat qu’aujourd’hui, pour presque deux milliards de personnes, nouer des amitiés, développer des relations professionnelles ou encore constituer un couple passe par Internet.

« La croyance ingénue selon laquelle cette technologie serait, par nature, désocialisante masque les liens étroits du réel et du virtuel, et fait fi de l’impossibilité de séparer pratiques sociales et usages informatiques. Continuer à penser le Web comme un espace qui transcende notre réalité est une erreur d’évaluation lourde de conséquences théoriques et politiques. Car les pratiques informatiques relèvent bien souvent du détournement : les usagers domestiquent les ordinateurs et s’en emparent pour inventer de nouveaux possibles, personnels ou collectifs ».

Loin des dichotomies « pour » ou « contre » Internet auxquelles s’était réduit le débat intellectuel autour des médias numériques, Antonio Casilli s’est placé « à l’intérieur » de la culture du numérique. Etayé par de sérieuses analyses des réseaux sociaux, une documentation riches (par exemple une étude sur la sémiotique et la visualisation de l’identité numérique, Facebook et Myspace) et des interviews d’ usagers du monde entier, sa contribution à la compréhension du phénomène des médias sociaux est opportune.

11 septembre 2021. Et si…

Les nouvelles technologies seront-elles ce qui va nous permettre de répondre à cette crise ? Font-elles parties, seront-elles au cœur du système de ce nouveau paradigme qui est en train de s’élaborer et de s’imposer ?

Les nouvelles technologies vont elles s’imposer comme le virage de l’après 11 septembre 2001 ? Vont-elles mettre un sérieux coup de vieux à cette épisode tragique du début de siècle ?

Une chose est sure, les dix prochaines années vont passer aussi vite que celles qui nous séparent du 9/11. Et l’évolution du monde numérique, du web, des médias sociaux, des outils, de leurs usages et leurs pratiques, vont aller encore plus loin que ce que l’on imagine.
Je préfère pour ma part, vous l’aurez compris, avoir un regard positif, curieux et considérer que leurs usages m’apportent plus d’avantages que d’inconvénients. Et je crois, que c’est une incroyable opportunité offerte à tous. Professionnelle, sociale, culturelle, éducative.

Et si… Rendez-vous le 11 septembre 2021 ?

Vincent Guillocher
www.vincentguillocher.com