Le changement, c’est vraiment pas pour de rire !

Je suis heureux de vous annoncer ce jeudi 9 septembre 2010, la sortie en librairie d’un ouvrage illustré avec mes dessins, dont un de ceux publiés sert d’illustration à ce post. Edité par ESF, ce livre « Jeux et outils pour conduire le changement » développe en huit chapitres une approche ludique et originale sur le processus du changement et comment le réussir.

Qu’il s’agisse d’une réorganisation, de la mise en place d’une nouvelle stratégie, de la réaffirmation d’une valeur, les jeux permettent de faciliter et d’accélérer la mise en œuvre du changement. À travers huit expérimentations réussies menées dans de grandes entreprises (Bosch, L’Oréal, la BRED…), il est démontré les bénéfices que l’on peut tirer des jeux, notamment en termes d’originalité, de performance et de créativité. cheap hotels Pour mener une politique de conduite de changement, ces outils sont rassemblés autour d’une démarche complète, la Marelle du changement®. Le public auquel s’adresse « Jeux et outils pour conduire le changement » sont les Formateurs, consultants, coachs, responsables formation, professionnels des ressources humaines.

Lors de nos premiers échanges avec Laurent Dufourt un des auteurs (qu’il m’est permis ici de remercier pour m’avoir associé à ce projet), nous sommes vite tombés d’accord pour m’orienter, grâce à l’humour et au clin d’œil, vers le dessin que j’affectionne réaliser: le dessin/image. Peu de texte, ou pas, l’idée passe au travers une situation et une réalisation sobre. Dans l’esprit du dessin de presse.

Ces huit dessins sont aussi pour moi l’occasion de redire ce que je crois être juste en terme de communication. On doit chercher le décalage, l’autodérision, la distance. L’humour est un bon moyen pour désamorcer des situations. Accompagner les changements. Faire passer des messages. Et le dessin est un média fantastique pour les managers qui ont la simplicité d’accompagner leurs Power Point ou leur présentation personnelle d’un graphe original et pertinent, voire impertinent. asked On est encore plus percutant et nous captons l’attention des autres en étant différents. Créatif, inventif, novateur, ce n’est pas que vous pouvez le devenir : vous l’êtes déjà !

Il faut juste se convaincre que 90% de la communication est non verbale, et que le cerveau humain comprend, enregistre plus facilement une image qu’un texte ou un raisonnement chiffré. Notre système de veille fonctionne en priorité sur ce qui est visuel, et le privilégie à ce qui est auditif. dynamic domain name system . En psychologie, on appelle ça l’effet Colavita.

La bonne recette : prenez une bonne dose de problèmes, ajoutez une pincée de décalage, puis finissez par un zeste d’humour. L’humour est la forme évoluée pour dire, par l’ellipse, la parabole, le symbole ou la métaphore, tout ce qui n’est pas audible. Une façon plus subtile et habile de transmettre une information de manière moins brutale dans des périodes de crise, comme celle que nous vivons depuis 2008.

« Nous retrouvons cette concomitance de la crise sociale et de la généralisation du rire dans plusieurs périodes sociales pour dire un changement social majeur, et pour ce qui nous concerne un passage de la modernité à la postmodernité. Cette obligation de rire traduit le fait que les valeurs de la modernité sont en train d’éclater, qu’une période sociale est en train de mourir et qu’une autre est en train de commencer. travel destinations . Le rire permet cette analyse par des caractères qui lui sont propres, notamment le désir du neutre et le retour aux sources. Eclater de rire revient à fragmenter les données de base, pour pouvoir les reconstituer autrement, et repartir sur de nouvelles bases. Le rire a ainsi cette caractéristique fondamentale de détruire et construire dans le même mouvement, d’être une violence fécondante, autrement dit mourir de rire équivaut à une renaissance. » Le rire dans l’entreprise (L’attitude humoristique comme passage obligé de la modernité vers la postmodernité) Jawad Mellad. Editions L’harmattan.

Le changement, c’est pas pour de rire !

Vincent Guillocher
www.vincentguillocher.com

Publicités

Défi, bras de fer ou coup de com ?

Cela fait plusieurs mois que le feuilleton des tribulations de Google en chine se poursuit. Cette fois, c’est un défi inédit auquel se livre Google et qui révèle à la fois les enjeux de la maitrise de l’information et la puissance du géant du web. website seo analysis . dynamic domain name system . asked Tenir un bras de fer avec un état, et pas n’importe lequel : l’état chinois.

Le rebondissement annoncé par tous les médias concernant la décision de Google de son repli stratégique sur Hongkong, est une illustration de la puissance acquise par Google au cours de ces dernières années. Quelle société commerciale a osé s’opposer aux contraintes imposées par la chine pour s’implanter sur le plus gros marché potentiel de consommateurs, disposant d’une des  plus forte croissance au monde ? Se passer de ce marché, les dirigeants et les états majors des multinationales, comme les états, y réfléchissent à deux fois.

Mais, les idéaux de libre accès à l’information pour le peuple chinois défendus par Google, même si l’on s’en doute, la stratégie sous tendue n’en est certainement pas la priorité ni l’objectif, ni des considérations d’éthique auxquelles on pourrait s’attendre en pareille circonstance, ont malgré tout valeur de symbole. Parmi celles-ci, celle de la démocratie, même s’il aurait beaucoup à redire sur les pratiques du moteur de recherche. Ou plutôt, pas grand-chose, puisque le culte du secret entoure Google.

Nous souhaitons que le plus grand nombre de gens dans le monde aient accès à nos services, et notamment les usagers en Chine continentale, mais son gouvernement a été parfaitement clair durant nos discussions : l’autocensure est une obligation légale absolument pas négociable » a déclaré David Drummond le directeur juridique de Google.

On se doute qu’il s’agit d’un subtil jeu politique, mais Google, probablement en recherche de légitimité et de relifting de son image de Big Brother virtuel, réussi là un très beau coup de com.

La suite sera peut-être moins passionnante que « Plus belle la vie », cette émission que diffuse la télévision pendant que tout ça se déroule sous nos yeux. Je ne manquerai cependant pas l’épisode suivant. : ( )

Vincent

© www.vincentguillocher.com Si vous souhaitez utiliser mon dessin qui illustre cet article, reportez-vous à la page Utiliser mes dessins.